Le Management est une question d’émotions – Episode 1

Vous venez tout juste d’être promue au poste très convoité de cheffe de groupe Marketing et vous avez déjà des problématiques managériales à gérer. Parmi les 10 collaborateurs de votre équipe, la moitié a plus d’ancienneté que vous et rechigne à vous accueillir avec bienveillance. Pire, vous constatez que leur comportement est contagieux et que sans action rapide, vous perdrez bientôt l’adhésion des 5 collaborateurs restants.

Quand le sentiment de rejet booste votre égo (mal placé)

Forte de votre nouveau statut, vous organisez une première réunion d’équipe durant laquelle vous comptez bien montrer qui est la boss et remettre les pendules à l’heure. Support PowerPoint à l’appui, vous vous présentez et vous déroulez slide après slide les résultats médiocres à date, les objectifs ambitieux à atteindre et les actions identifiées pour cela. Après une heure de déroulé, la salle est silencieuse et vous vous félicitez intérieurement de votre intervention qui a fait mouche. Vous leur avez montré que vous savez de quoi vous parlez, que vous n’êtes pas une imposteur et que vous méritez votre promotion. Etant données les performances actuelles de l’équipe, ils n’ont pas de quoi fanfaronner. Vous les avez convaincus de votre légitimité, vous en êtes sûre.

Problème. Une semaine plus tard, au moment du point hebdomadaire, vous réalisez que la moitié de l’équipe n’a pas terminé son travail et que l’autre moitié n’a pas compris ce que vous attendiez d’eux. La première moitié, constituée majoritairement des réfractaires initiaux, se défend du manque de temps impartis et l’autre moitié déclare ne pas avoir réussi à vous voir étant donné que vous étiez tout le temps en réunion. La vérité c’est que vous avez gonflé votre emploi du temps et que vous avez tout fait pour ne pas être à votre bureau, votre priorité étant de conforter votre rôle de Manager très demandé.

A trop vouloir vous imposer en cheffe, vous vous isolez

Résultat ? Le travail n’est pas fini dans les temps et vous allez devoir le terminer seule afin de pouvoir respecter le délai validé avec votre supérieur, c’est-à-dire dans 2 jours. Plutôt que de tout réexpliquer à votre équipe, vous décidez de prendre les choses en main et de le faire vous-même. Vous direz à votre fille que vous ne pourrez pas assister à son spectacle de danse et vous vous excuserez auprès de votre sœur pour votre absence à sa pendaison de crémaillère. Le travail avant tout.

2 jours plus tard, le dossier est complet et validé par votre boss qui vous félicite. Mais vous n’avez quasiment pas dormi, votre fille vous fait la tête, vous avez apparemment raté la soirée du siècle et votre équipe n’est toujours pas convaincue par vos qualités managériales. Vous vous étonnez : Tout ça pour ça ? Vous vous demandez : Qu’ai-je mal fait ? Vous vous interrogez : Que dois-je faire pour changer la situation ?

Une simple émotion refoulée est souvent à l’origine de comportements inadaptés

Et si vous remontiez le film jusqu’au début ? Vous constaterez alors que l’élément déclencheur est une émotion. Une simple émotion : la colère. Celle d’être décriée par votre équipe avant même de faire vos preuves, qui vous a amené à adopter un comportement inadéquat afin de répondre à votre besoin d’être respectée.

Oui. Une simple émotion peut avoir un effet boule de neige et des répercutions néfastes sur vous et votre entourage si vous ne l’identifiez pas dès le départ et si vous n’adoptez pas un comportement adapté. Cette compétence s’appelle la conscience de soi émotionnelle et fait partie de la roue de l’Intelligence Emotionnelle.

Comme toute compétence, elle se travaille et se développe dans le temps grâce à un accompagnement personnalisé.

Alors, êtes-vous toujours convaincue que les émotions n’impactent pas vos performances en entreprise ?

Partager l'article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

Lire d'autres articles...